Un carrefour de l'immigration en son genre dans l'Est Ontarien

Source : 
ONFR+

ONFR+ PUBLIÉ LE 1 FÉVRIER 2023

CORNWALL – L’Association des communautés francophones de l’Ontario Sturmont-Dundas-Glengarry (ACFO-SDG) a créé, l’année dernière, son propre Carrefour de l’immigration crossroad (CIC). Complètement indépendante du ministère Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC), cette plateforme a aidé, depuis sa création, près de 2 700 nouveaux arrivants à s’installer dans la région.

Le Carrefour immigration crossdroad (CIC) est une approche communautaire et « holistique qui a fait ses preuves en un temps record », relate Sonia Behilil, directrice des opérations de l’ACFO-SDG. « Développé par une agence communautaire, le CIC est la seule solution proposée clés en main au gouvernement. »

L’Est ontarien semble donc être le nouvel eldorado canadien, lui, qui est déjà investi par tous ceux dont la pandémie a fait se déplacer ou fuir la Capitale. L’épicentre : Cornwall devenu un pôle d’attraction à mi-chemin entre Ottawa et Montréal.

Face à cet engouement, mais aussi face à la réalité des flux migratoires, l’ACFO-SDG a collaboré avec environ 80 partenaires et acteurs locaux « pour assurer la continuité des services et le bien-être des bénéficiaires », qu’ils soient nouveaux arrivants, réfugiés ou demandeurs d’asile.

En 2017, l’organisme s’impliquait déjà dans l’accueil des nouveaux arrivants, explique Mme Behilil. Elle se souvient qu’à ce moment-là, il y avait une nécessité d’avoir plus de bénévoles pour accompagner ceux qui venaient s’installer.

« Nous voulions les suivre dans leurs démarches, chez le médecin et les aider dans leurs besoins liés à leur installation. » 

UN MODÈLE CLÉS EN MAIN

« L’ACFO a toujours eu un rôle rassembleur », indique Mme Behilil. « Nous avions identifié très vite la nécessité de développer des partenariats en lien avec des besoins et des situations observées dans la communauté. »

En 2022, le Programme d’aide à la réinstallation des réfugiés (PAR) du Conseil économique et social d’Ottawa-Carleton (CÉSOC) est né. Dans la région et autour de Cornwall plusieurs organismes voulaient aider. Dans la même veine, l’ACFO-SDG a créé une friperie pour distribuer des vêtements.

« La communauté s’est mobilisée pour des dons. Une école francophone à besoins spéciaux nous a prêté main-forte, même des écoles anglophones ont participé », se réjouit Mme Behilil.

« Comme nous avions déjà des partenaires et disons une ébauche de notre carrefour, nous avions pensé à un mécanisme clés en main. »

À ce moment-là, avec l’arrivée du programme des réfugiés, « une centaine de personnes arrivaient régulièrement, parfois dans les 24 heures », raconte la directrice des opérations.

La création d’une plateforme structurée était donc nécessaire. Céline Baillargeon-Tardif, directrice générale de l’ACFO-SDG et Sonia Behilil ont alors créé un répertoire de services dans la région.

À la fois, représentatifs des besoins et accessibles pour tous, aujourd’hui leurs partenaires sont près de 80. Avec cette énergie, l’ACFO-SDG a créé le projet de friperie, des magasins de seconde main, des centres communautaires, des cours de langues, des conférences sur la protection à l’enfance et d’autres activités avec de nombreux partenariats.

« Ce carrefour s’adresse non seulement aux nouveaux arrivants, mais aussi à tous ceux vulnérabilisés par des flux », déclare Mme Behilil.  

UN CARREFOUR D’IMMIGRATION UNIQUE

En juin 2022, l’entreprise immobilière gatinoise Devcore recevait dans ses hôtels de la région – appelés centre de transition – de nombreux demandeurs d’asile. Devcore et l’ACFO sont ensuite devenus partenaires afin d’offrir le CIC.

Le CIC et Devcore prennent en charge les nouveaux arrivants dès leur arrivée sur le territoire canadien, jusqu’à l’obtention d’un appartement, d’un travail, d’un compte en banque, etc. En somme, la plateforme CIC et le centre de transition Devcore forment la boucle du processus d’inclusion.

D’après la directrice des opérations, « plusieurs personnes qui représentaient le centre de transition Devcore, et à un certain niveau le gouvernement, ont reconnu qu’il s’agissait d’un « modèle unique au Canada ».

« Ce programme gagnerait à être développé à travers le pays », assure-t-elle.

UNE INNOVATION DIGITALE ET SOCIALE

« Le Carrefour d’immigration de l’ACFO SDG veille à la création de ressources pérennes et durables pour le développement de notre communauté. »

Depuis janvier 2022, l’ACFO a aidé 2700 familles et individus. En si peu de temps, le CIC promet d’être un outil pertinent et qui pourrait tout aussi bien élargir ses horizons et de ce fait s’étendre au-delà du communautaire.

« L’opportunité pour l’ACFO SDG, c’est de montrer qu’une agence communautaire francophone a le potentiel et le pouvoir de jouer un rôle essentiel dans la communauté », indique Sonia A. Behilil.  

Ce Carrefour d’immigration est un projet franco-ontarien qui appuie le savoir-faire et la compréhension d’enjeux propre aux mouvements migratoires. « L’ACFO défend les intérêts des francophones », précise Mme Behilil, « mais promouvoir la francophonie, c’est aussi créer des initiatives, des innovations, du changement et rendre fière notre communauté francophone ».

« C’est l’opportunité de faire des choses et de contribuer avec fierté », précise-t-elle.