Développer les communautés francophones et promouvoir le français en Ontario

Source : 
Commissariat aux services en français

 

TORONTO, le 18 juillet 2018 – Le commissaire aux services en français de l’Ontario, Me François Boileau, a présenté aujourd’hui son onzième rapport annuel au nouveau président de l’Assemblée législative, l’honorable Ted Arnott. Intitulé Se projeter, se préparer, ce rapport couvre les activités du Commissariat du 1er avril 2017 au 31 mars 2018 et présente 14 recommandations, dont celle de doter la province d’un Plan d’action sur le développement des communautés francophones et la promotion du français en Ontario.

Pour composer son rapport, le commissaire a invité sept experts à rédiger sur des enjeux qui touchent ou qui toucheront l’offre de services en français, dont celui de la démographie. Contrairement au rapport de l’an dernier, qui faisait le bilan des dix dernières années, celui-ci projette la population francophone dans 10 ans, en 2028, et appelle le gouvernement à se préparer. Plusieurs scénarios démographiques y sont mis de l’avant. Dans le meilleur des cas, les scénarios indiquent qu’en 2028, malgré un accroissement prévisible de la population francophone de l’Ontario en chiffres absolus, sa proportion continuera de décliner à l’aune de l’ensemble de la population de la province.

Le commissaire appelle donc le gouvernement à l’action.

« Le constat est alarmant. Il faut se préparer à un scénario où il faudra s’attaquer à un sérieux retard à rattraper, entre autres sur le plan de l’immigration francophone et le vieillissement de la population. Doter la province d’un Plan d’action sur le développement des communautés francophones et la promotion du français en Ontario est une première étape vers une solution durable. Il s’agit d’un projet ambitieux, j’en conviens, mais il est plus que nécessaire. Il fournirait un cadre de travail aux ministères et indiquerait la direction vers laquelle il importe de se diriger collectivement. Le nouveau gouvernement Ford doit attraper la balle au bond et saisir cette occasion d’agir, et ce dès maintenant », explique le commissaire François Boileau.

En plus de cette recommandation, le commissaire en émet sept sur l’immigration francophone et six se rapportant aux domaines de la démographie, de la santé, de la production et de la diffusion de contenus numériques en français, de la transformation numérique de la relation gouvernement-citoyen, de la restructuration des services publics en personne et de la main-d’œuvre de demain.

« L’un des rôles importants que m’attribue la Loi sur les services en français est celui de conseiller. Plus que jamais, ce rapport annuel se présente comme une gamme de conseils. Oser penser dix ans d’avance est un exercice périlleux en soi. Se projeter, se préparer, voilà des verbes d’action qui incitent à regarder la réalité bien en face et à s’attaquer à ce qui doit être fait. Je cherche avant tout à mobiliser les décideurs publics et à engager les communautés francophones en vue d’actions collectives vigoureuses », conclut le commissaire.

 

FAITS EN BREF

  • En 2017-2018, le Commissariat aux services en français a traité 315 plaintes et demandes de renseignements, dont plus des deux tiers étaient recevables.
  • Le rapport souligne 28 pratiques exemplaires, mentions honorables et initiatives encourageant la prestation de services en français.
  • Le commissaire aux services en français est l’un des neuf officiers indépendants relevant de l’Assemblée législative.

Le Commissariat aux services en français veille au respect de la Loi sur les services en françaisdans la prestation des services gouvernementaux.