L’Ontario lancera des consultations sur la réglementation des cliniciennes et des cliniciens comportementaux qui offrent une thérapie en matière d’autisme

Source : 
Ministère des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires

L'Ontario accorde la priorité aux enfants, aux jeunes et aux personnes vulnérables en renforçant la surveillance des cliniciennes et des cliniciens comportementaux qui offrent des services d'analyse appliquée du comportement (AAC), une thérapie qui soutient principalement les personnes autistes. Tel que recommandé par les experts et appuyé par les familles, la réglementation des cliniciennes et des cliniciens comportementaux offrant des services d'AAC établira des attentes normalisées en matière de thérapie de qualité dans toute la province. Les consultations portant sur la mise en œuvre optimale du règlement devraient commencer à l'automne.

L'AAC aide les personnes autistes à développer de nouvelles aptitudes à la vie quotidienne, à la communication et aux relations sociales. En améliorant la surveillance des cliniciennes et des cliniciens offrant des services d'AAC, le gouvernement prend d'autres mesures pour améliorer les résultats pour les enfants et les jeunes autistes, et les autres personnes recevant ce type de thérapie. Aider à assurer la qualité des soins prodigués par les fournisseurs de services en matière d'autisme fait partie du plan de l'Ontario visant à aider le plus grand nombre possible de familles en réaménageant le Programme ontarien des services en matière d'autisme.

Le ministère des Services à l'enfance et des Services sociaux et communautaires, en collaboration avec le ministère de la Santé, entamera des consultations avec les principaux intervenants pour obtenir leurs commentaires sur le cadre de surveillance.

La surveillance et la réglementation des cliniciennes et des cliniciens comportementaux offrant des services d'AAC déboucheront sur ce qui suit :

  • Cohérence de l'éthique et des normes professionnelles afin de promouvoir un plus haut niveau de confiance entre les familles et les praticiennes et praticiens.
  • Exigences clairement définies en matière d'éducation et d'assurance de la qualité continue pour les cliniciennes et les cliniciens afin d'améliorer l'uniformité du traitement.
  • Mécanisme permettant aux familles de signaler les plaintes concernant les fournisseurs de soins afin de réduire le risque de préjudice.